A. JIMENEZ : Témoignage et ressources Genially pour l’enseignement hybride

Aurélie JIMENEZ est professeure de mathématiques au collège Pierre Blanquie de Villeneuve de Marsan (40).

Ce témoignage a été rédigé le 2 juin 2020, le dispositif mis en place a pu évoluer depuis. Ces pratiques ne constituent pas un modèle à reproduire, simplement un exemple qui pourra inspirer des collègues confrontés à des situations semblables.

Organisation au sein de l’établissement

Depuis la fin du confinement, les élèves de 6e et 5e qui souhaitent revenir au collège sont accueillis en groupes, avec un emploi du temps très proche de leur emploi du temps classique (seuls les 6es doivent rester en distanciel le mercredi). Chaque groupe a une salle attitrée équipée d’un ordinateur relié au TBI et ce sont les adultes qui changent de salle. De nombreux élèves ont fait le choix de continuer à travailler entièrement en distanciel.

Je n’ai pas pu retourner physiquement au collège les premières semaines, ce sont donc des adultes encadrants de l’établissement qui ont pris en charge mes groupes.

Pour assurer une continuité dans le travail des élèves, j’ai souhaité préparer des séances interactives communes à tous mes élèves, qu’ils soient chez eux ou au collège, que chacun pourrait suivre en autonomie ou accompagnés, et dont le contenu pourrait varier selon ses besoins.

Les outils choisis

Des vidéos pour mes élèves

Pendant la période de confinement, n’arrivant pas à réunir la totalité des élèves lors des classes virtuelles, j’ai commencé à créer des vidéos pour leur faire découvrir une notion, leur décrire une méthode, ou corriger certains exercices. Les retours des élèves confirmaient qu’au-delà de ces vidéos, entendre « la voix du professeur » qui explique, guide ou commente, permet de gagner en efficacité dans l’enseignement à distance : pour enlever la barrière de la lecture parfois, mais également pour tout simplement capter l’attention de l’élève ou le rassurer. Ainsi je tenais à inclure mes vidéos mais aussi parfois ma voix, dans le support que j’allais leur proposer.

Voici quelques exemples de mes vidéos pour les élèves :

Un parcours séance par séance réalisé avec Genially

Je souhaitais par ailleurs un outil qui rassemble tout ce dont l’élève a besoin et qu’il puisse suivre en autonomie. Un outil qui lui apporte au bon moment l’explication, l’aide ou le rappel dont il a besoin, comme j’aurais pu le faire en présentiel. Je recherchais donc un support qui réponde aux caractéristiques suivantes :

  • Être intuitif et facilement accessible pour l’élève.
  • Permettre d’intégrer « ma voix » (pour présenter la séance, commenter, guider), et d’inclure les vidéos que j’ai faites (pour découvrir une notion, revoir une méthode…) et celles d’autres professeurs (en particulier celles d’Yvan Monka).
  • Permettre un déroulé non linéaire afin de fournir un contenu adapté à chacun avec un accès facile à une définition, une méthode, un « coup de pouce », ou encore des « challenges » pour ceux qui ont envie d’aller plus loin.
  • Permettre d’avoir un retour des élèves. Dans un premier temps, un retour sur l’outil pour l’ajuster (les éventuelles difficultés à l’utiliser, leurs avis, leurs suggestions). Et dans un second temps, un retour pour récupérer leurs réponses à certains exercices et leurs bilans de séances.

Genially m’a offert la possibilité de créer un support répondant à ces critères avec un visuel attractif et dynamique sans être surchargé. J’ai donc créé une présentation unique (et donc un lien commun) pour toutes mes classes de sixième. Chacun commence par cliquer sur sa classe, le chemin varie dès lors en fonction de l’élève.

Vous pouvez consulter :

Côté professeur, l’outil se présente un peu comme un diaporama mais les fonctionnalités d’un Genially sont bien plus étendues. En particulier, il est possible de réutiliser un Genially existant (tel que le mien) en l’adaptant à ses propres besoins et en modifiant le contenu. Il suffit de posséder un compte, ouvrir le modèle qui vous intéresse et cliquer sur « réutiliser ce Genially » (en bas à droite) : les différentes pages qui le composent apparaissent sur la gauche et tout est modifiable. Vous pourrez donc reprendre également la trame des jeux présentés dans la suite de ce témoignage.

Utilisation en classe ou à la maison

Mon parcours Genially, conçu pour être utilisé en autonomie, est également pratique pour l’utilisation en présentiel avec un encadrant. Cet encadrant projette simplement le Genially depuis l’ordinateur relié au TBI, et il prend en charge la navigation en cliquant sur les différentes icônes, selon le rythme fixé par les élèves. Il peut bien sûr également  apporter des aides individualisées aux élèves dans la réalisation de leurs tâches.

Nous avons fait le choix dans notre établissement de réduire autant que possible la quantité de travail donnée aux élèves en distanciel, alors que les élèves en présentiel avancent davantage. Pour permettre d’utiliser le même support et de garder un rythme identique entre le présentiel et le distanciel, je prévois en fin de séance des travaux facultatifs (souvent sous forme de jeux) que les élèves en présentiel font après avoir terminé le travail, et que les élèves en distanciel volontaires peuvent également utiliser.
J’ai cependant parfois dû prévoir ponctuellement deux icônes différents sur le Genially (« maison » ou « collège »), par exemple pour un travail supplémentaire en groupe en présentiel (cet exemple est cité dans le plan de travail présenté ci-dessous).

Je précise enfin que je suis vigilante sur certaines problématiques ergonomiques à l’occasion de la conception de mes ressources, comme les contraintes du travail sur écran (sans impression) ou de l’utilisation à plusieurs simultanément en classe.

Par exemple, pour la fiche sur la symétrie axiale qui est visible dans la vidéo :

  • Pour les élèves en distanciel sans imprimante : j’ai inclus des liens vers une version en ligne de l’exercice, où l’élève clique sur le quadrillage pour construire la figure symétrique, puis accède à la correction.
  • Pour les élèves en présentiel qui auraient oublié leur fiche : un clic de l’encadrant sur le Genially projeté permet d’agrandir l’image pour la reproduire sur le cahier.

La construction des ressources pour le présentiel tient compte du temps d’affichage nécessaire. Au collège, certains élèves peuvent avoir besoin de visualiser une vidéo d’aide, ou encore pour les plus rapides, une tâche supplémentaire en attendant leurs camarades, pour que tous passent au travail suivant en même temps. Tout ceci doit pouvoir se faire sans monopoliser le tableau sur lequel est projeté le document commun. Par exemple, les « challenges » pour les rapides sont soit tirés de leur manuel, soit s’affichent au clic dans une petite « étiquette » au coin du Genially (avec une consigne concise : « Construis une figure qui possède 4 axes de symétrie. Et si tu es très rapide, essaie d’en construire d’autres ».)

Un exemple de plan de travail hebdomadaire

Le plan suivant correspond à la deuxième partie de la séquence sur la symétrie axiale :

  • Séance 1
  • Séance 2
    • Activité qui se fait avec une vidéo : « observation symétrie axiale » (Les élèves appuient sur pause pour avoir le temps de faire l’activité pas à pas.)
    • A partir de ces observations, création d’un « tutoriel » (écrit) par les élèves en présentiel pour construire le symétrique d’un point par rapport à une droite en utilisant l’équerre.
    • Présentation à l’ensemble des élèves du tutoriel fait par le groupe qui est en présentiel. (Un décalage entre les élèves en présentiel et ceux en distanciel m’a permis de mettre en place ceci.)
  • Séance 3
    • Présentation d’une méthode en vidéo. Je n’ai pas retrouvé celle faite pas mes élèves l’an dernier et vu le contexte, j’ai préféré ne pas les lancer dans un tournage. Je leur ai présenté une vidéo faite par des élèves, que j’ai piochée sur internet.
    • Exercices d’entrainement. J’ai dû surmonter plusieurs obstacles pour préparer cette partie : en effet, certains élèves en distanciel n’ont pas d’imprimante et ne récupèrent pas forcément les photocopies que le collège propose de faire. De plus, il est difficile de trouver un moyen de juger de leur précision (et ce, même en présentiel vu le contexte : un calque ne peut pas circuler par exemple). De manière générale, la figure s’affiche et j’enregistre une consigne leur expliquant d’en tracer une « qui lui ressemble » (comme dans l’activité en vidéo citée plus haut). Pour juger de la précision du tracé de l’image, les élèves plient la feuille… Ils ont aussi pu faire le constat d’imprécisions lorsqu’ils ont dû construire l’image d’un rectangle et que celle-ci n’en était pas un…
  • séance 4
    • « Escape game » sur la symétrie axiale fait avec génially : « MmeJimenez kidnappée ». Les élèves doivent résoudre des énigmes portant sur la symétrie axiale (et le calcul d’horaires) afin de trouver : l’heure de mon kidnapping, le lieu où l’alien m’a emmenée, faire le portrait robot de l’alien et contacter la » police intergalactique » pour leur transmettre ces informations. Pour « contacter la police intergalactique », ils doivent trouver mon téléphone, le déverrouiller et sur « l’écran du téléphone » apparaît un document pour « la police intergalactique » qu’ils complètent (et je reçois leurs réponses).
      Je remercie deux collègues, Sofiane Enocq  et Sylvie Lecerf, rencontrés sur le groupe Facebook « le coin boulot des profs de maths » qui m’ont permis d’inclure leur travail dans ce génially : c’est la partie sur le portrait robot.
      Les élèves et parents ont beaucoup aimé ce jeu et m’ont inondée de messages pour savoir s’ils avaient bien réussi à me retrouver… Alors pour les remercier, je leur avais dédié une « gazette du sorcier » qui apparaissait à l’ouverture de l’outil « retour au collège » pour la semaine suivante.

Des rituels pour l’enseignement hybride ou à distance

En confinement, on a parfois dû se creuser les méninges pour trouver des moyens de capter et maintenir l’attention, la curiosité et la motivation de tous nos élèves. Voici quelques exemples de rituels, souvent implémentés dans Genially, que j’ai mis en place et qui ont bien fonctionné.

Les QCM qui s’adaptent au joueur

Dans ces QCM, le joueur qui choisit une réponse fausse verra apparaître une aide adaptée à son erreur. Ils peuvent être réalisés avec Genially, éventuellement en reprenant la trame d’un jeu-QCM déjà existant (comme celui présenté ci-dessous) et en modifiant simplement les questions pour les faire porter sur un autre thème.

Le QCM « Croisi-Volumes » (qui se nomme ainsi car il succède au « CROISI-AIRE »), répond à ce principe. L’élève doit par exemple calculer le volume d’un cône et clique sur une réponse parmi celles proposées : si celle qu’il choisit montre qu’il a confondu le volume du cône avec celui du cylindre, un rappel sur les volumes s’affiche, mais si elle montre qu’il a confondu l’aire du disque avec son périmètre, c’est un rappel sur ces deux formules qui s’affiche.

Évolution possible : L’adaptation à l’erreur du joueur va au-delà de la forme QCM :  par exemple dans ce même jeu, le joueur doit cliquer sur la destination de son bateau repérée par ses coordonnées dans un plan. Si le point sur lequel il clique montre qu’il a inversé l’abscisse et l’ordonnée, une image avec le vocabulaire apparaît. On peut également aller plus loin en modifiant les questions en fonction des erreurs et réussites…

Le calcul du jour repensé

En classe, mes élèves et moi avions pour habitude de commencer la séance par « le calcul du jour ». Ce rituel me permettait de choisir une notion lointaine ou des prérequis pour la notion à venir. Je me suis rendue compte que j’avais sous la main le moyen de rétablir ce rituel sous forme ludique en distanciel comme en présentiel.

J’ai adapté un jeu que j’avais créé avec Genially pour mes 4es (« les défis des confinés ») pour en faire le « Le calcul du jour des déconfinés ». Chaque jour, l’élève clique sur un post-it et apparaît le « calcul du jour ». S’il a besoin d’un rappel sur cette notion, il clique sur l’icône correspondant. Lorsqu’il pense avoir trouvé la bonne réponse, il vérifie en cliquant sur le cadenas pour le déverrouiller. Quand le cadenas s’ouvre, une image apparaît et les images obtenues tout au long de la semaine forment un rébus. En fin de semaine, l’élève clique sur le formulaire pour me transmettre le rébus obtenu (qu’il soit complet ou non).

Évolution possible : Je prévois de proposer à chaque élève en distanciel d’inventer un « calcul du jour » et de me l’envoyer accompagné de sa correction. Ceux en présentiel pourront en créer un commun. Ainsi je préparerai le rébus de la semaine suivante en intégrant leurs productions.

Vous pouvez consulter :

La surprise du mercredi (pour les élèves demandeurs)

Pour les élèves curieux, pour ceux qui aiment se creuser la tête et pour ceux qui s’ennuient, tous les mercredis, il y a « La surprise du mercredi », à savoir : un faux test de personnalité truqué grâce aux mathématiques, une conversation entre professeurs confinés qui sont face à une question mathématique, une erreur dans un journal, une « énigme » à la manière de certaines qui ont circulé sur les réseaux sociaux pendant le confinement … Chaque mercredi, les élèves volontaires peuvent essayer d’expliquer cette « curiosité » ou de répondre à la question qu’elle soulève. Ceux qui y parviennent voient leur nom apparaître sur « le mur des champions ».

Consultez des exemples de « surprises du mercredi » :

D’autres exemples de contenus interactifs

La recette secrète des cookies

J’ai commencé par préparer un jeu à faire pendant les vacances. Mon but était que les élèves travaillent en s’amusant afin de revoir certaines notions et de remotiver ceux qui se relâchaient.

Le jeu des 3es est une recette secrète de cookies. Les élèves cliquent sur un ingrédient et un exercice apparaît. La réponse à cet exercice est un nombre qui correspond à la quantité de cet ingrédient. Par exemple, l’élève clique sur le beurre, un exercice s’affiche et la réponse correspond à la quantité de beurre de la recette. Si l’élève a oublié la notion en jeu, une aide est disponible en un clic. Lorsqu’il pense avoir trouvé la réponse, il peut vérifier qu’elle est correcte : il clique sur le cadenas entre sa réponse. S’il se déverrouille, c’est correct. Le jeu se terminait par un retour au professeur (je faisais ce retour par un document Wetransfer mais les liens ne sont actifs que 15 jours, donc pour mes prochains jeux je ferai un retour via Googleform). Les élèves ont beaucoup apprécié et certains parents se sont même pris au jeu.

Le cahier des fonctions (dispositif classe ouverte)

La deuxième semaine des vacances, certains élèves du dispositif « classe ouverte » en 3e m’ont demandé de leur préparer un jeu pour travailler la notion de fonction. Je leur ai créé dans Genially le « Cahier de fonctions » en intégrant des Learning Apps et des aides (textes, images, ou vidéos). Pour que tous s’impliquent, il me fallait une accroche, un contexte et un but autre que la résolution d’exercices. Ainsi, chaque exercice résolu leur donnait un indice pour trouver l’énigme du Père Fouras. Les élèves me faisaient un retour chaque jour en m’envoyant les indices trouvés et m’indiquant leurs difficultés. Je complétais le jeu pour le lendemain en fonction de leurs retours (une nouvelle enveloppe chaque matin expliquait le contenu, et de nouveaux onglets adaptés apparaissaient sur le cahier interactif).

En savoir plus sur l’application Genially

Lien Permanent pour cet article : https://ent2d.ac-bordeaux.fr/disciplines/mathematiques/continuite-peda-temoignage-jimenez/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.