Coordonnées GPS de l’aire de stationnement
44.327576 0.839677

Carte géologique au 1/50 000 de Penne d’Agenais (n°879)

Description du site :

Il s’agit de l’un des plus beaux affleurements lot-et-garonnais des molasses de l’Agenais formées à l’oligocène et notées g1Ai et g1As sur la carte géologique au 1/50 000 de Penne d’Agenais. Il permet notamment d’observer le passage des molasses inférieures aux mollasses supérieures et leur diversité de faciès.

Coupe de Comberatière

(Extraite de la notice de la carte géologique de Penne d’Agenais)

Aspect général de l’affleurement de la montée de Comberatière

Partie sommitale des molasses de l’Agenais inférieures (g1Ai) au niveau de la flèche bleue et molasses de l’Agenais supérieures (g1As) au niveau de la flèche jaune. Les molasses supérieures sont particulièrement visibles sur l’accotement à la hauteur du chemin s’ouvrant vers la gauche (flèche rouge sur l’image A).

L’affleurement peut être observé en bordure de route (avant et après l’entrée du chemin qui s’ouvre vers la gauche). Les observations permettent de rendre compte :

de la nature des dépôts et de discuter de leur origine

Les Molasses de l’Agenais inférieures (g1Ai) apparaissent ici sous la forme de silts carbonatés, micacés et peu consolidés et se terminent par des argiles carbonatées silteuses.

Les Molasses de l’Agenais supérieures (g1As) sont quant à elles constituées de grès carbonatés gris clair peu indurés et micacés (grosses paillettes de muscovite) dont les éléments sont subanguleux à subarrondis. Ils comportent également des graviers et de petits galets de quartz, quartzites et lydiennes, aux formes arrondies et à l’enveloppe généralement corrodée. Des galets mous d’argile carbonatée silteuse jaunâtre, de taille pouvant aller de 2 à 15 cm, sont souvent rencontrés à l’intérieur de ces niveaux (voir photo de la « Base des Molasses de l’Agenais supérieures »).

Grains subanguleux observables dans les Molasses de l’Agenais supérieures (g1As) après lavage

La composition minéralogique des molasses permet de relier ces formations sédimentaires à l’érosion de roches plutoniques et l’abondance des micas, bien que facilement altérables, permet d’en déduire leur proximité (Pyrénées, Massif central, Montagne noire). L’abondance des carbonates dans ces dépôts, ayant plus ou moins cimenté les grès, constitue un premier indice quant au climat ayant contribué à leur précipitation.

du milieu de sédimentation

La notice de la carte géologique de Penne d’Agenais mentionne la présence, au sein des Molasses inférieures de fossiles de Plagiolophus fraasi, Ronzotherium filholi (vertébrés terrestres) et d’oogones de charophytes (Nitellopsis meriani). Dans les Molasses de l’Agenais supérieures, sont rapportées sur cette carte et celles avoisinantes des fossiles de périssodactyles (Prototapirus aginense), d’artiodactyles (Microbunodun minimuri), de carnivores, de rongeurs (Eucricetodon praecursof) et même de dents de crocodiles, des plaques de carapace de tortue Trionyx, des empreintes de feuilles et des troncs d’arbres silicifiés de rubiacées (caféier et quinquina), de juglandacées (noyer), de rosacées (arbres fruitiers) et de mimosacées. Ce cortège témoigne sans équivoque d’un milieu de dépôt continental fluvio-lacustre sous un climat chaud.

La présence de stratifications obliques et entrecroisées, observables sur l’affleurement, permet par ailleurs de préciser la nature du système distributaire, il s’agit de chenaux en tresses ; même si les observations montrent que la vitesse d’écoulement a présenté des variations au cours du temps (voir point suivant).

Stratifications obliques observables dans les Molasses supérieures de l’Agenais (g1As) dans leur partie la plus basale (grès grossier) à hauteur du chemin (A) et dans leur partie supérieure (grès fin) plus haut sur l’accotement (B)

des variations du régime hydrodynamique

L’évolution verticale de la granulométrie rend compte des variations des conditions hydrodynamiques ayant permis le transport et le dépôt des Molasses. On peut ainsi observer :

o   Une chute brutale de la granulométrie entre le sommet des molasses de l’Agenais inférieures, composées d’argiles silteuses et la base des molasses de l’Agenais supérieures, essentiellement composées de graviers et de petits galets pluricentimétriques. Ce changement atteste d’une augmentation rapide de la capacité de transport. La présence de galets mous d’argile carbonatée silteuse jaunâtre, de taille pouvant aller de 2 à 15 cm au sein des grès grossiers de la base des Molasses de l’Agenais supérieures permet même de préciser que les conditions hydrodynamiques étaient suffisantes pour raviner le substratum et remobiliser les dépôts plus ou moins consolidés. Ce changement de régime hydrodynamique est directement à relier aux événements tectoniques associés à l’orogenèse pyrénéenne et ayant entrainé un brusque abaissement du niveau de base.

Base des Molasses de l’Agenais supérieures

Grès grossier (flèche rose) aux galets mous d’argile carbonatée silteuse jaunâtre (flèches rouges)

o   Une diminution très progressive de la granulométrie entre la base et le sommet des Molasses de l’Agenais supérieures. On passe ainsi de grès grossiers à plus fins, puis à des silts et des argiles carbonatées. Succèdent ainsi aux chenaux d’apports détritiques grossiers, des apports plus calmes et fins de plaine d’inondation, manifestation du comblement graduel du bassin sédimentaire et donc d’une remontée progressive du niveau de base.

L’observation de séquences positives répétitives indique néanmoins que ce comblement ne s’est pas effectué de manière linéaire.

Séquences positives observables dans les grès des Molasses de l’Agenais supérieures (g1As)

d’une érosion actuelle des molasses

Les Molasses sur le talus bordant la route (au-dessus du chemin s’ouvrant à gauche) présentent ponctuellement des « cheminées de fée » miniatures. Les éléments les plus grossiers des Molasses protègent la matrice gréseuse sous-jacente, moins résistante, de l’érosion ruisselante. Progressivement, les graviers et petits galets subissent un rehaussement relatif par rapport à la surface et se dressent alors au-dessus d’une colonne de sédiments meubles.

« Cheminée de fée » ou « demoiselle coiffée » miniatures dans les Molasses de l’Agenais supérieures (g1As)

Activités envisageables :

  • Se repérer sur une carte topographique et/ou géologique et repérer l’origine probable des produits de l’érosion observables.
  • Effectuer des mesures granulométriques et/ou identifier les minéraux à la loupe.
  • Réaliser une coupe schématique de l’affleurement.
  • Réaliser des tests simples pour mettre en évidence la présence de carbonates dans les Molasses.

Accès / sécurité :

Commune de Frespech – Lot-et-Garonne (47)

Possibilité de stationnement sur l’accotement de la route montant à Comberatière.

Mots-clés et liens avec les programmes :

Paléoclimat, eau, sol, érosion, sédimentation, datation

Collège Lycée
Cycle 3 » Paysages, géologie locale, interactions avec l’environnement et le peuplement. 2nde » L’érosion, processus et conséquences

» Sédimentation et milieux de sédimentation

» Érosion et activité humaine

Cycle 4 » Les changements climatiques passés (temps géologiques) et actuel (influence des activités humaines sur le climat). Tale Spécialité » Le temps et les roches

» Reconstituer et comprendre les variations climatiques passées

Capacités et attitudes :

D2 – Prendre des notes, des photographies

D4 – Mener une démarche scientifique, résoudre un problème

D5 – Situer et se situer dans le temps et l’espace