Coordonnées GPS de l’aire de stationnement
44.187153 0.789618
Carte géologique au 1/50 000 de Valence d’Agen

Description du site :

  • Situation

La ville de Puymirol est construite sur un plateau calcaire culminant à 158m d’altitude. Il s’agit d’une ancienne cité médiévale ayant fait l’objet de fortifications dont il subsiste quelques vestiges situés sur le pourtour de la ville. Le karst sur lequel est bâti cette ville est constitué de calcaire blanc lacustre de l’Agenais (m1Ab sur la carte de VALENCE D’AGEN n°903) reposant sur une assise plus ou moins imperméable de molasses de l’Agenais (g1Ai et g1As de la carte de VALENCE D’AGEN n°903).

  • Points d’intérêt

Le circuit proposé s’effectue à pied (sans difficulté majeure), en contrebas des fortifications reposant à la verticale des falaises calcaires. Il est important de rappeler aux élèves le respect des consignes de sécurité et notamment de ne pas longer les rochers et les remparts à l’aplomb. Ce circuit permet, en faisant le tour complet du plateau de Puymirol (2km environ), de rendre compte :

de sa situation « perchée » :

Panorama du village de Puymirol dominant la vallée de la Séoune depuis la D16 (44°10’53.8″N 0°46’49.0″E croix verte sur la carte)
Aspect général du chemin du ronde au pied des remparts (point 1)

Si le parcours permet de constater que les remparts se dressent à l’aplomb de la falaise, il est important de noter qu’ils n’ont pas été construits dans ces conditions. Le chemin de ronde a en effet été aménagé après la révolution française et le calcaire a été exploité au 19ième siècle jusqu’à atteindre le pied des remparts.

Aspect de la falaise calcaire et détail des stries sur la roche (point 2)

La planéité de la falaise par endroits ainsi que des stries laissées par l’utilisation d’outils d’extraction sur la roche témoignent de cette exploitation passée.

Ce calcaire dénommé calcaire blanc de l’Agenais est un calcaire blanc lacustre micritique d’une épaisseur de 5 à 15m. Formé sur une période allant de l’Oligocène au Stampien supérieur, ce calcaire résulte de la diagenèse de boues carbonatées déposées en abondance, du fait d’un climat chaud, dans un bassin fermé non relié à la mer. Si ce calcaire comporte quelques passées marno-calcaires à nodules carbonatés indurés, il est essentiellement composé de carbonate blanc à beige et comporte de nombreuses vacuoles. Ces dernières sont issues du piégeage, dans le sédiment encore meuble, de bulles de gaz résultant de l’intense activité métabolique algo-bactérienne. Aucun fossile ne semble se trouver sur le site.

Détail du calcaire blanc de l’Agenais : marno-calcaire à nodules carbonatés indurés (à gauche) et carbonate blanc dur vacuolaire (à droite) (point 3)

de sa nature aquifère :

La présence de nombreuses vacuoles couplée à la karstification du plateau confère à ce calcaire une certaine porosité lui permettant de constituer un aquifère. En outre, le caractère imperméable des molasses de l’Agenais sur lesquelles est assis le calcaire observable à Puymirol contribue à l’apparition de sources (exsurgence d’eau de pluie) à la base du plateau qui ont fait l’objet d’aménagements. Trois puits sont par ailleurs encore observables au cœur du village.

Lavoir du Rajol au point 4 (A), fontaine de la Comtal au point 5 (B), puits sans nom au point 6 (C), lavoir Saint-Seurin au point 7 (D), puits communal est au point 8 (E)

du processus de karstification actuelle à l’origine du risque de chute de blocs et d’éboulements :

Sa porosité et son caractère perché ont soumis le calcaire de l’Agenais à une importante karstification. L’eau, par son action acide, a conduit à la dissolution des carbonates et à l’apparition d’un limon argileux (non soluble) initialement noyé dans le calcaire.

Altérites limono-argileuses issues de la décalcification du calcaire blanc : formations subverticale au point 9 (à gauche) et subhorizontale au point 10 (à droite)

Les précipitations participent dans un second temps à l’évacuation des altérites résiduelles limono-argileuses dans les eaux de ruissèlement faisant ainsi peu à peu apparaître des cheminées de dissolution et retirant ici ou là les fondations aux constructions sus-jacentes.

Cavités karstiques après évacuation des altérites : cheminées de dissolution au point 11 (flèches bleues à gauche), absence de soubassement calcaire aux remparts « suspendus dans le vide » au point 12 (flèche jaune à droite)

Le processus de karstification génère ainsi un aléa fort de chute de blocs et d’éboulements qui est à associer à l’enjeu historique et patrimonial important que représentent les remparts pour la commune. C’est dans ce cadre que survient ponctuellement l’effondrement de pans entiers de remparts nécessitant la mise en sécurité du site pour les promeneurs (de nombreux panneaux sont là pour nous rappeler de circuler à distance des falaises) et un investissement financier majeur pour la rénovation et la stabilisation des constructions existantes.

Situation où une partie du rempart s’est effondrée au point 13 (à gauche) et une autre où la maçonnerie a été reprise pour éviter les risques de chute et la sauvegarde du patrimoine au point 14 (à droite)

Activités envisageables :

  • Réaliser un schéma fonctionnel de l’écoulement de l’eau : des précipitations à l’exsurgence d’une source karstique.
  • Réaliser un schéma fonctionnel montrant les différents phénomènes (d’origine naturelle ou anthropique) pouvant entraîner des éboulements.

Accès / sécurité :

Commune de Puymirol – Lot-et-Garonne (47)

Possibilité de stationnement sur le parking de covoiturage situé en bas de la ville, le long de la D16 au niveau de la croix rouge.

Localisation du circuit
Localisation du point de vue sur le village (Impossibilité de stationner, observation à réaliser depuis le bus en arrivant sur le site)

Mots-clés et liens avec les programmes :

Aléas, protection, risque naturel (chute de blocs et éboulements), ressource naturelle.

Collège

Lycée

Cycle 3 » Paysages, géologie locale, interactions avec l’environnement et le peuplement.

» Relier certains phénomènes naturels (tempêtes, inondations, tremblements de terre) à des risques pour les populations.

» Phénomènes traduisant l’activité externe de la Terre : phénomènes météorologiques et climatiques ; évènements extrêmes (tempêtes, cyclones, inondations et sècheresses…).

2nde » L’érosion, processus et conséquences

» Sédimentation et milieux de sédimentation

» Érosion et activité humaine

 

Cycle 4 » L’exploitation de quelques ressources naturelles par l’être humain (eau, sol, pétrole, charbon, bois, ressources minérales, ressources halieutiques, …) pour ses besoins en nourriture et ses activités quotidiennes. Comprendre et expliquer les choix en matière de gestion de ressources naturelles à différentes échelles.

» Proposer des argumentations sur les impacts générés par le rythme, la nature (bénéfices/nuisances), l’importance et la variabilité des actions de l’être humain sur l’environnement.

» Les phénomènes naturels : risques et enjeux pour l’être humain

» Notions d’aléas, de vulnérabilité et de risque en lien avec les phénomènes naturels ; prévisions.

Capacités et attitudes :

D4 – Mener une démarche scientifique, résoudre un problème

D5 – Situer et se situer dans le temps et l’espace

D5 – Analyser et comprendre les organisations humaines et les représentations du monde