Reprise de l’EPS et de l’activité physique pour tous les élèves (article actualisé le 15 septembre 2020)

Contexte : Une rentrée inédite pour l’enseignement de l’EPS

A ce jour, la rentrée se déroule avec un accueil en présentiel de TOUS les élèves (directives ministérielles).

 Dès le 1er septembre, l’obligation scolaire s’applique pleinement.  La présence des élèves en classe à l’école au collège et au lycée est impérative et n’est pas laissée à la libre appréciation des parents.

L’EPS se déroule dans les mêmes conditions d’encadrement que les autres disciplines scolaires. Il s’avère désormais essentiel que les cours d’EPS reprennent dans l’emploi du temps des élèves quel que soit le niveau de classe.

Dans l’hypothèse où la situation sanitaire exigerait des mesures plus strictes…un plan de continuité pédagogique sera mis en place pour assurer l’enseignement à distance, avec la mise en œuvre de solution mixtes (hybridation de la formation). Cf « repères pour la reprise de l’EPS 2020 en contexte covid- rentrée scolaire 2020 ».

 Tous les élèves ont « perdu » au moins un trimestre d’EPS en présentiel ; certains auront passé six mois sans EPS, ni activité physique, et ils auront vécu des vacances plus ou moins actives selon leurs conditions de vie. La circulaire de rentrée rappelle à ce sujet l’importance de l’EPS quant à sa contribution à la santé des élèves, la confiance en eux et de manière transversale à d’autres compétences (esprit d’équipe, respect des règles etc…).

 Dans ce contexte il est nécessaire de :

  • Prendre le temps d’une évaluation diagnostique des élèves sur le plan physique et psychologique, au travers de l’activité physique sportive ou artistique programmée ou par des modalités spécifiquement dédiées. Cette évaluation doit envisager différentes facettes de l’activité des élèves en dépassant les seules ressources mobilisées dans les APSA.
  • Remettre au centre l’idée du collectif. Le temps de confinement souvent vécu de manière très individuelle doit laisser la place à un temps plus collectif et collaboratif lors de l’enseignement en présentiel.
  • S’appuyer sur les compétences construites pendant le confinement ou la réflexion engagée concernant le travail personnel de l’élève à la maison.
  • Aborder et entrer dans de véritables apprentissages liés aux programmes en dépassant la simple « remise en forme » des élèves.
  • Se montrer tout particulièrement vigilants à l’égard des élèves pour lesquels le cours d’EPS représente souvent le seul temps d’activité physique hebdomadaire. Pour certains d’entre eux, le confinement a pu être synonyme d’une sédentarité accrue.
  • L’évaluation formative est à privilégier, la prise en compte du contexte sanitaire engendrant une certaine souplesse dans la mise œuvre de l’évaluation sommative et certificative.
  • Reprendre aussi parallèlement les activités de l’association sportive. Structure très ouverte, elle peut être un lieu privilégié de remise en forme et/ou de multiplication d’offres de pratique.
  • Se saisir et s’approprier les ressources disponibles sur le site EPS. Celles-ci ont été produites au temps de confinement et sont donc adaptées à des conditions matérielles particulièrement réduites. Elles nécessitent souvent des adaptations aux conditions de déconfinement (possibilités d’activités en extérieur, en groupe, d’une régulation périodique)

A ce jour et en rapport avec les informations dont nous disposons, le respect du protocole sanitaire global induit :

  • Le port du masque n’est pas possible lors de la pratique physique.
  • Il est obligatoire pour les personnels comme pour les lycéens et collégiens, dans tous les temps scolaires hors activité physique, en tous lieux (gymnase ou espaces extérieurs).
  • Les activités extérieures restent privilégiées mais non exclusives.
  • Aucune APSA n’est proscrite a priori, y compris les sports collectifs.
  • Toutes les activités physiques sportives et artistiques sont traitées et organisées pour faire respecter une distance de deux mètres entre élèves (en activité motrice) ce qui infère un non contact entre élèves, en extérieur comme en installations couvertes, sauf lorsque la nature de la pratique ne le permet pas.
  • Notamment en début d’année, si les activités, les formes de pratique ou les organisations qui impliquent des contacts directs entre élèves ne sont pas à prioriser, elles pourront éventuellement s’inscrire ultérieurement, en fonction des évolutions de la situation sanitaire.
  • Les offres de certification doivent s’adapter à ces orientations, sans aucune urgence à organiser le premier CCF ; ceci n’empêche pas de prendre en considération certains éléments d’observation qui pourront être retenus lors des évaluations certificatives ultérieures, notamment si une certification en contrôle continu devait être proposée.

A télécharger, la fiche thématique précisant les « Repères pour la reprise de l’éducation physique et sportive en contexte covid » : 

Repères pour la reprise de l’eps-Rentrée scolaire 2020