Historique et débats autour de l’EDD

Historique et débats autour de l’EDD

Historique du DD

1972

Publication du premier rapport du Club de Rome dit rapport Meadows traduit en français sous le titre « Halte à la croissance ». Ce rapport insiste sur les limites à la croissance, alerte sur l’épuisement des ressources en matières premières et préconise un changement rapide des modes de production et de consommation.

Créé à l’initiative de l’industriel italien Aurelio Peccei, le Club de Rome est un regroupement d’économistes, de scientifiques et de décideurs publics et privés. Association de droit helvétique, il s’est donné pour but l’étude de l’activité de l’humanité envisagée comme un système global à l’échelon mondial pour résoudre les problèmes nationaux. Sa première rencontre eut lieu à Rome en 1968.

Lien sur interview d’Aurelio Peccie par J Chancel, Radioscopie, 21 mars 1975 : http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/audio/PHD95068908/aurelio-peccei.fr.html

La Conférence mondiale des Nations Unies sur l’environnement à Stockholm fait émerger la notion d' »éco-développement »

1980

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) publie un document : « Stratégie mondiale de la conservation » où apparaît pour la première fois la notion de développement durable.

Fondée en 1948 à Fontainebleau, cette structure rassemble des Etats, des organismes publics et un large éventail d’organisations non gouvernementales au sein d’une alliance mondiale unique (plus 800 membres dans 125 pays). C’est l’une des rares organisations internationales ouvertes aussi bien aux gouvernements qu’aux ONG. Lien vers le site de l’UICN : http://www.uicn.fr/

1987

Le rapport Brundtland « Notre avenir à tous » du nom de la présidente de la commission mondiale sur l’environnement et le développement fut discuté lors de la 42ème session de l’ONU. Il introduit le principe qu’il faut « penser globalement et agir localement ».

Une partie de ce document fondateur est accessible en langue française sur Agora 21. Lien vers le site : http://wwwv1.agora21.org/dd.html

 

1992

La Conférence des Nations unis sur l’environnement et le développement (CNUED) de Rio de Janeiro (juin 1992) est aussi appelée Sommet de la Terre. Le plan mondial « Action 21 » est adopté, il est destiné à être décliné localement en « Agendas 21 », des programmes traduisant, dans le temps et les faits, les principes et visées du développement durable. « Action 21 » doit aborder les problèmes urgents d’aujourd’hui et chercher à préparer le monde aux tâches qui l’attendent au 21ème siècle (d’où le nombre 21 pour ce programme d’action).
Sur le site Agora 21 Les 27 principes de la Déclaration de RioCréation de la Commission mondiale du développement durable (CDD) en décembre 1992. Elle doit assurer un suivi efficace de la Conférence de Nations Unies sur l’environnement et le développement (UNCED), contrôler et accompagner la mise en œuvre des accords du Sommet de la Terre tant au niveau local, national, régional qu’international.

1997

La conférence de Kyoto élabore un protocole autour du changement climatique, par lequel les pays développés se donnent comme objectif une réduction de 5,2% des émissions de gaz à effet de serre en 2008-2012 (par rapport au niveau de 1990).

1999

Le Traité d’Amsterdam, entré en vigueur au 1er mai 99, renforce l’importance de la politique de l’environnement dans l’Union européenne par la prise en compte du principe de développement durable. L’article 2 de ce traité détaille les objectifs de l’Europe dans les domaines économiques, sociaux et environnementaux. Lien vers cet article :

http://www.assemblee-nationale.fr/12/controle/delat/dates_cles/traite_amsterdam.asp

2002

Sommet mondial du développement durable à Johannesburg

le site du sommet :

Agora 21, IEPF, Institut de l’Energie et de l’Environnement de la Francophonie, Ministère français de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Ministère français des Affaires étrangères.
Sommet Mondial sur le Développement Durable. Johannesburg 26/08-04/09 2002

2005

Adoption lors de la conférence générale de l’UNESCO de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001429/142919f.pdf

Cette convention met l’accent sur l’articulation entre diversité culturelle et cohésion sociale, insistant sur le fait que la diversité culturelle contribue au développement durable des populations et nourrit les interactions entre cultures.

2009

Conférence de Copenhague sur le climat (15°COP) avec signature d’un accord par 140 pays afin de limiter le réchauffement climatique.

2010

Conférence de Cancun sur le climat en novembre. Cette 16ème conférence sur le climat des Nations Unies a réuni 194 pays autour de différents enjeux : sauver le protocole de Kyoto, préserver les forêts tropicales, créer le futur fonds vert, vérifier les progrès réalisés. Elle visait à consolider les acquis de Copenhague et à préparer le prochain sommet qui aura lieu en Afrique du Sud en 2011.

La dixième conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique (CDB) des Nations Unies se tient à Nagoya en octobre 2010. Elle conclut par l’adoption d’un plan stratégique, le vote du protocole APA et la proposition de création de l’IPBES. Lien vers le protocole de Nagoya :

http://www.cbd.int/abs/text/

Débats autour du DD

Jalons pour penser une notion à construire

Les deux faces du développement durable,
Contribution de Jean-michel Dauriac, géographe, professeur de chaire supérieure

A qui profite le développement durable ?
Interview de Sylvie Brunel, géographe, professeur à l’université Paris IV-Sorbonne

Comment percevoir et concevoir le complexe?

Edgard Morin.
Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur
Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture
Edgar Morin Texte intégral

La recherche et la notion de développement durable: « un non concept »

Stengers, Isabelle.  Le développement durable : une nouvelle approche ? Alliage, 1999, n°40 Article en ligne

Jollivet, Marcel. Le développement durable,  de l’utopie au conceptde nouveaux chantiers  pour la recherche Elzévier, 2001.(collection : Natures, Sciences, Sociétés)

Actes du colloque « La notion de durabilité : quelles pistes pour la recherche ?  » organisé par l’association Natures Sciences Sociétés en décembre 1997.
Ministère de l’ Équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer.
DRAST. Direction de la recherche et des affaires scientifiques et techniques.

Résumé de l’ouvrage :
Comment la recherche peut-elle, à travers ses démarches propres, contribuer à donner un contenu précis à la notion – à forte connotation politique – de développement durable ? De la réponse que chacune d’elle apportera, dépendra la mise en œuvre de la nécessaire interdisciplinarité qui doit s’instaurer entre elles pour prendre en charge la complexité de cette notion et, par là même, la capacité réelle de la recherche à contribuer à la faire passer dans l’action.

Les textes du colloque : « La notion de durabilité : quelles pistes pour la recherche ? » sont regroupés en trois parties. La première, après un rappel historique, présente trois manières d’aborder la notion de développement durable, s’inspirant de trois disciplines : l’économie, le droit et la sociologie. La question du statut même de la notion est posée, en raison de la double appartenance de celle-ci au langage de l’action d’une part et à celui de la recherche d’autre part. La deuxième partie illustre la diversité des positions des disciplines à partir de quelques unes de celles qui sont concernées (l’écologie, la géographie, la mécanique des fluides). La troisième partie, plus technique, propose des exemples de démarches portant sur la modélisation, la recherche de terrain. Ce tour d’horizon se termine par des réflexions autour de la question des indicateurs (présenté par Jacques Theys).
Différentes contributions à l’ouvrage

Le développement soutenable

Harribey, Jean-Marie. Professeur agrégé de sciences économiques et sociales, Maître de Conférences en sciences économiques à l’Université Montesquieu-Bordeaux IV, Centre d’Economie du Développement.
Le développement soutenable .

Le principe de précaution

Pompidou,  Alain. Professeur à la Faculté de Médecine. Laboratoire d’histologie-embryologie-cytogénétique CNRS  (Paris)
Biotechnologies et principe de précaution : une approche nuancée du principe de précaution .